Le couturier créateur de robes sur mesure à Marseille a pensé des créations inspirées de la déesse primordiale Gaïa. Dans la mythologie grecque, il y a eu à l’origine le chaos, puis l’amour personnifié par Eros, et la terre Gaïa.

L’UNIVERS GAÏA PAR LE COUTURIER CRÉATEUR MICHEL BONZI

Gaïa, c’est l’origine, c’est l’essence même, c’est la nature. Le couturier créateur de robes sur mesure à Marseille Michel Bonzi a pensé cet univers dans la pureté, la légèreté, dans des matières aériennes. En tant que divinité primordiale et première, Gaïa est l’ORIGINE, mais aussi la gardienne, la garante du pouvoir divin. Gaïa a donné naissance aux merveilles de la nature dans une parfaite harmonie.

Les robes de l’Univers Gaïa pensées par Michel Bonzi oscillent entre pureté originelle, et sont pour certaines teintées de mutineries. Mousseline, tulle de soie, plumes, dentelle Chantilly composent cet univers, d’une légèreté absolue.

L’univers Gaïa s’apparente à ce qu’on appelle communément aujourd’hui l’esprit bohème.

La bohème, c’est un art de vivre, c’est tout un esprit. Le terme désigne initialement une façon d’agir avec insouciance, mais surtout un rejet de la domination bourgeoise, la recherche d’un idéal artistique. Il correspond à un mouvement littéraire qui a vu le jour au XIXème siècle. C’est notamment Balzac qui lui a donné ses lettres de noblesse.

La bohème suscite un mode de vie simple, pur, mais trouve aussi ses inspirations dans les « ethnies », les « peuples bohémiens » ou tziganes.  Le mot aujourd’hui galvaudé est associé au terme de « bobo », les bourgeois bohèmes. La femme bohème pensée par le créateur marseillais Michel Bonzi est une sublime bohémienne qui ondule au son du tambourin, suivant la danse des flammes. Légère, elle s’habille de vêtements aériens, conçus dans des dentelles Chantilly, et des soies fluides. La femme bohème est aérienne, naturelle, et frivole aussi parfois. La femme bohème est belle, sans artifices.